Dice la canción

La Porta Oberta de Gossos

album name

Zenit

16 de septiembre de 2016

Significado de La Porta Oberta

collapse icon

Eh, eh j'fume des chichas comme Zifou, trente piges, j'me sens au top comme Zizou
2020 : j'ai enfin ma Grünt, 2030, j'serai sur Autopsie 12
J'traine avec des durs à cuire, lunettes Cartier, en or est la monture
Chez les rappeurs, j'suis connu comme un nom d'tueur mais ils ont du mal à l'dire comme un nom d'turc
Mon p'tit reuf a choisi l'argent sale, j'sais pas comment lui dire qu'j'suis pas d'accord
Quand il sort du hebs, j'le câline mais j'l'insulte quand il sort d'ma chambre et qu'il ferme pas la porte
Quel paradoxe, y m'a dit : "Cinq piges, c'est pas la mort"
À la tess, tu t'fais traiter d'pédé quand ton pote gère une meuf et qu'tu gères pas sa pote, hun
Donc sa pote, j'l'ai géré, on s'est guetté la night, elle a dû m'plaire
Contrairement à l'autre, elle a du cœur, on s'verra à l'heure des jnouns et des adultères
Elle est belle, bonne et tatouée, avec les go', j'crois qu'j'suis pas doué
Elle a mis sa meilleure tenue pour me voir, moi, j'vérifie qu'mon slibard est pas troué, woof
Toute mon enfance passée à m'faire des r'marques
J'veux qu'les rebeus m'respectent comme leurs pères
J'veux qu'les renois, ils m'respectent comme leurs paires d'Air Max
Le rap français, ça m'a coûté sa mère, c'est un guêpier, j'suis dégoûté sa mère
Ta mère t'a dit qu'c'était pas un métier, eh poto, il faut toujours écouter sa mère, logique

Dream team du ghetto, dehors, ça bibi du bédo
À du vil-ci, du gué-dro, c'est la dream team du ghetto
Dehors, ça bibi du bédo, eh, du bédo
D'Aulnay à Juvisy, tu nnais-co

Wesh mon gars Lesram

En scooter sans casque à deux, comme un cascadeur, j'mets des 4-4-2
Y a un tas d'baceux, vas-y, calle ta beuh, j'me verrais bien sur la côte dans un 4x4 bleu
Y a tout ceux qui parlent de nous mais nous, on parle pas d'eux, ils jouent les bandits, en vrai, c'est des trouillards
Là, j'me revois petit avec mon cartable, je n'imaginais pas cette vie de débrouillard
Eh, mon poto, dis-moi c'que t'as fait pour mériter autant de malchance, une vie si cruelle
Le soir, on navigue, on roule à fond dans la ville, la miss, elle est montée, elle a fait pipi sur elle
Y a la jeunesse dorée qu'a le nez dans la poudre, le nez tout blanc, ils dorment bien
T'as remarqué qu'ils ont plus que toi mais pourtant, ils donnent moins
T'as un plavon, t'es un bavon, t'oublies pas ton poto, le bénéf', tu divises par deux
RDV devant Histoire d'Or, ils sont partis le niquer juste histoire de
3.1.0 crame un bédo, y a du shit et d'la beuh, souvent, on se plaint mais on est trop dans l'abus
On m'a dit réveille-toi, t'es trop dans ta bulle, au studio, t'es pas pro quant t'as bu
J'ai la haine, j'ai la haine, j'en veux au monde entier, faut rajouter de l'or sur mon dentier
Y a des restes de rappeur dans mon cendrier, faut agir quand les problèmes ne font qu'empirer, enfoiré
Limsa, Lesram, c'est léger, enfoiré

C'est la dream team du ghetto
(Hé, j'renvoie un p'tit refrain pour la route allez)
Dream team du ghetto, dehors, ça bibi du bédo
À du vil-ci, du gué-dro
À du vil-ci, du gué-dro, c'est la dream team du ghetto
Dehors, ça bibi du bédo, eh
À du vil-ci, du gué-dro
D'Aulnay à Juvisy, tu nnais-co
Woof woof woof woof

Le frérot FA

Je parle peu quand ça m'intéresse pas, tu penses à Dieu mais seulement quand t'as b'soin
Tu sers à que dalle comme un maire-adjoint, y a que dans ta te-tê à toi qu't'es une star
Ouais, j'en n'ai rien à foutre du prestige, boy, y a trop de conneries dans les livres d'histoire
Les bienfaits des colonies, ça n'existe pas, j'ai toujours vu la musique comme un exutoire
Et dans ce merdier, je m'en sors bien, j'suis loin d'avoir le plus mauvais des sorbets
Regarde autour de toi, le monde est sordide, y a pas de bonnes âmes, que des corps vides
Tout est moins difficile à bord d'une corvette, dans mon bled, y a pas d'obésité morbide
Y a des morts-nés tous les morning, comment s'en r'mettre ? Tout est hostile, ils font que morfler
Poto, je sais que c'est la jungle, jungle, jungle, on m'y a préparé depuis jeune, jeune, jeune
Jamais été du genre zen, zen, zen, mes sins-c' rêvent de l'espace Schengen
J'aimerais mettre un coup dans la fourmilière, je suis loin d'avoir le plus mauvais des formulaires
Moi, j'ai beaucoup plus que le nécessaire, j'ai des goûts de luxe, j'avais la PlayStation

J'suis un redoutable disquetteur, la nuit, j'suis avec dix gangsters
Le jour, j'suis avec dix skateurs, RDV au five à dix-sept heures
Ils veulent pas qu't'aies d'lumière mais font genre : "Gros, on est unis, hein"
J'compte que sur moi-même comme une hyène, au pluriel, je n'conjugue plus rien
Tes gars, Limsa d'Aulnay-sous les nettoie, on a connu les caves, les soutes et les toits
Timon, Pumba, gros, dis-leur qu'ils ont d'la chance de voir l'amour qui brille sous les étoiles
L'atmosphère est pesante, du shit sur la pesette, les risques, ils sont pris pour pesetas
Ouais, gros, ça se fait soulever des fois mais ça laisse le commissaire dans tous ses états
Dans leurs soirées, qu'des fausses Miley Cyrus, des faux sourires, faux smileys
Faut rentrer gros sac, faut s'magner, j'suis khabat et j'ride dans Lost Highway, woof
Dans ma classe, y avait des Mamadou, y avait pas d'Bérengère, on voulait être des footballeurs, des gangsters
Sache qu'un jour, j'serai légendaire, woof

Ouais ouais, j'serai légendaire
Woof woof
C'est au poto Lesram
C'est au poto Lesram
C'est au poto Lesram
Ouais ouais, 3-1-0
Wesh enfoiré

Vas-y, suce mon doigt d'honneur, même si l'argent n'achète pas l'bonheur
Je me dois d'rester un charbonneur, pour le gagne-pain, le matin, j'sors d'bonne heure
Pied de biche a trouvé un volet, cinquante rouges, ça fait un violet
Menotté, t'as les mains collées même si t'es bien gaulé, tu vas dégringoler
Et si on peut pas j'ose, tre-lau, il veut sa dose
En fumette que ça s'pose, devant la télé, ça regarde Oz
La rue, les meufs, elle les rend jalouses, on vend la mousse, cache la cons' dans ta housse
J'suis espagnol comme andalouse, j'rappe pas depuis hier, demande à Houss
Quand tu repenses à avant, tu peux pas enterrer les frissons
Le te-shi a entraîné des visions, 3.1.Z, j'ai enchaîné les missions
J'vais pas demander pardon, nous, on s'prend pas pour des patrons
RDV, elle est v'nu, elle a mis des talons mais moi, j'étais habillé chez Décathlon, enfoiré
J'ai la haine, enfoiré, wesh, mon p'tit pote, wesh, enfoiré
Les mêmes qui chipotent, nous, on fait d'la fraîche en soirée

Ouh, karaï, j'quitte le chantier, j'pense qu'à r'trouver ma Plails', mon whisky japonais
J'voulais surtout pas r'mettre les pieds dans c'rap de merde, merci à c'connard de Limsa d'Aulnay
J'écoute tout l'monde : j'écoute Booba, j'écoute Isha, JuL, Niska ou Liza Monet
Mais j'écoute pas ma femme quand elle m'demande qui sont toutes ces putes dans ma liste d'abonnés
Cinq piges, ma p'tite bien éduquée, elle déteste vos zumbas d'pédé, vos raps du zulu
Cinq piges, putain, cinq piges déjà, elle atteint presque le tiroir où j'cache le joujou
Une mesure : j'vois les gros fantasmer, deux mesures : j'vois les corps s'entasser
Ils utilisent leur dernier souffle à m'demander : "Mais, wesh, comment t'as fait ?"
Zek, Zek, j'sors d'la matrice, de la hess, j'tais en pénurie
J'gardais chaque gramme pour en faire une rime, chaque larme pour faire chauffer du riz
Kevin met des paillettes dans sa vie, j'crache Payet sur nerf optique
Teinture de tapette pour plaire aux p'tites, moins d'mille paillettes, t'as zéro feat
J'suis tout c'qu'ils détestent, barbe intégriste, prénom d'ient-cli, prénom d'ient-cli
Un putain d'Gremlins mais version gentil, tant qu'mes couilles sont vides et qu'mes verres sont remplis
J'te disquette, j'te mets ien-b, j'te disquette again
Tu sors plus d'la bre-ch' comme dans escape game
Bon courage

Jogging dans la rue et mal rasé, bah ouais, la vraie vie, c'est pas Insta'
Vivons heureux, visons cachés, j'montre plus ma racli sur Insta'
Le pilon d'Rooster est bien tassé, du seum dans doudoune matelassée
Tu cherches le bonheur, il est d'jà passé, j'pars à sa poursuite dans un Classe C
Objectifs revus à la baisse, on sait tous qu'il vient pas d'la tess
On sort pas des mêmes endroits, évite-nous tes maladresses
Mes parents n'savent plus m'conseiller sur toutes les sommes que j'encaisse
Attaché, fouetté comme la C, j'venge la moitié d'mes ancêtres
Que des vieilles choa dans les gares et j'parle pas si j'connais pas
J'fais rentrer vingt meujs au placard et j'les fais solo pour mon gars
Et ceux qui sont là quand j'vais mal, qui m'accompagnent quand j'voyage
Ce soir, l'resto, il est pour moi, demain, il paye ou on partage
Et garde tes symboles de réussite, j'vis pas dans un clip, nique le carré VIP
Le monde est ma baby, baby, ne fais pas comme tout l'monde, ouais, évite-moi la traîtrise
Aujourd'hui, j'suis sûr de moi, j'apprends d'mes erreurs et sur le tas
J'crache pas dans la soupe mais j'mets les pieds dans l'plat, yah, yah, yah, yah

On crame les feux et les carrières, 9-3 j'ai pas grandi en Ariège
L'hiver, j'veux r'tourner en Espagne, l'été, j'veux r'tourner en arrière, logique
J'suis avec V2E, rouge, orange, on crame les deux feux
Le rap, j'en ai marre wAllah, j'préfère écouter Marwa Loud, "Oh la folle"
La nuit, les gens font du sexe, les gros nibards, c'est un don du ciel
Bébé, m'parle pas d'réduction mammaire, pour moi, c'est la pire invention du siècle
Guignolo, casse-toi d'ici, sache que t'es bien si t'as pas d'CB
Tu pourrais percer mais t'as mal ciblé, j'ai lu ton av'nir dans la p'tite chatte à Phoebe
Je veux l'respect, je veux l'compte en banque, j'veux qu'à la radio et sur scène, on m'entende
Ils m'ont vu avec Sefyu, avec Lomepal, ces connards, y croient que j'suis l'chaînon manquant
Ils le savent au fond d'eux, pas b'soin d'approfondir
Riquelme, qu'j'ai la balle, qu'j'écrive ou que j'baise, j'recherche la profondeur, woof woof woof

J'suis pas un exemple, j'vis n'importe comment et tous les cinq ans, j'vais pas voter
Et lui, il fait n'importe quoi, comme ils s'aimaient pas, elle a dû avorter
La conscience en feu, j'passe encore des nuits blanches à chercher un sens à nos vies
Tout c'que j'sais : j'me sens pas comme eux, j'me tuerais pas pour une paire de Gucci
Quand tout va bien, on se rappelle de toi, on t'appelle "le sang" et si tu réponds pas, on dit qu't'as gé-chan, eh
Mentalité gilet jaune sur les Champs ouais, bouteille de champagne, mes déprimes en stand by
On fête la naissance d'un nouveau-né dans mes proches, chaque jour, on s'engage
Ça sort des quartiers d'Paname, pas comme tu l'imagines mais des quartiers haram
Là où la fin est triste, là où l'destin te balafre et les p'tits en chien te bazardent, nous, on fait l'plan, on s'arrache
En deux-trois coups d'fil, j'ai l'avance de la frappe, aujourd'hui, j'suis avec toi
Demain, sur le tarmac car traîner dehors, c'est les problèmes, mauvais endroit, mauvais moment
La bouche en sang, j'avais trop d'haine, attiré par des mauvais penchants
Trottinette volée dans le bât', délocalisée, d'venue intraçable
La BAC est passée dans le square, shlag défoncé dans le noir, wow wow
Ma mère ne m'sait plus ici, anti-camer, Tunisie, à chaque contrôle, on t'humilie, wow wow
Ouais, putain, c'est la merde
Mon âme est pure et chaque bavure la crucifie

Le monde est filtra mais j'vais l'infiltrer, le biff, c'est fictif, la mort, c'est vite-fait
J'suis pas un chic type, l'amour, c'est surfait, le globe est fucked up, j'suis dans la surface
J'pense à la mille-fa, il faut qu'j'me surpasse, la faute à pas d'chance, nan, ça n'existe as-p
Poto, j'ai pas l'temps, pourquoi tu piges pas ? J'veux la plus grosse part de la pizza
J'sais pas si t'as vu, c'est la guerre dehors, pourquoi tu me parles de ta garde-robe ?
Infecte comme un plat de garde à vue, j'ai mon parka, tous les jours, je brave dehors
Ça fait des années que je frappe le sac et je frappe fort, je veux que tout l'monde le sache
Je m'actionne, des années que je taffe mon rap, j'leur pardonne, au fond, ils pouvaient pas savoir
Le pire est sûrement à venir mon frère, le monde ressemble pas à l'avenue Montaigne
J'casse la démarche et je rallume mon teh, désolé mama, j'suis pas fils modèle
Moi, j'ai mille problèmes et ton fiston t'aime et ton fils comprend qu'y a des vices sur terre
J'veux le biff comptant, ouais, le monde scellé, j'ai enlevé le cran d'sûreté

J'compte ni évoluer ni changer, t'as bibi ni los-ki, ni cent g'
Tu connais ni l'Maroc, ni Tanger, j'fume une chicha devant Nice - Angers
Elle m'manque mais j'vais pas courir dans l'vent, j'repense à nous fou rires d'antan
Son cul est beau comme ton père qui r'trouve un taf, sa chatte est belle comme un sourire d'enfant
Dans les faux, y a trop d'frères à lister, j'veux qu'les renois m'respectent comme leur mère
Qu'les rebeus m'respectent comme leur fer à lisser, woof woof woof woof
Eh, j'bois la pisse de Lucifer, posé dans l'club vers l'urinoir
Ils mettent un p'tit son d'Lil Uzi Vert, dans la ve-ca, y a un lil Uzi noir
Gros, j'écris comme Zola, ride la night comme zonard
Barbare comme Conan, moi, j'rappe pas comme un autre connard
Ma rue, elle pue la pisse, ma voisine, elle pue la tise
Y a du nouveau shit, c'est plus la crise mais ça perturbe la paix comme Ludacris, mec
C'est l'omerta, gros, nos nerfs craquent, le bruit des gyros, on les entend tous
Ça pisse là où nos mères passent, ça tire où les enfants jouent
Ouais, mon poto, il m'a fait d'la peine, sa femme la putain s'est tapé l'masseur
Si t'es belle, je t'appelle "ma belle", si t'es pas belle, je t'appelle "ma sœur"

Logique, wallah t'es comme une re-sœu pour moi
C'est même pas une question d'physique ou quoi mais, t'as vu, j'veux t'garder comme une sœur
Limsa d'Aulnay, enfoiré
Bon allez, c'est l'instant émotion...
Fier de mon reuf

Chaud t'valide, j'veux t'serrer dans mes bras, marre de t'parler par courrier qu'une salope, qu'une proc' va lire
Le linge s'lave en famille mais y a trop d'valises
Qu'est-c'que j'donnerais pour t'secourir ? J'suis trop khabat pour me souv'nir
On partageait la couette pour se couvrir, maint'nant, ça ment aux re-shta pour se couvrir
J'ai noyé ma peine dans tout l'pays, j'cogite sous rhum et sous Blueberry
On a encaissé des drames et des coups terribles, le reste de mon âme dans les égouts d'Derry
J'les baise, j'ai même pas mis l'pénis entier, les keufs surveillent ton phone, tes écoutes, tes rimes
Si j'voulais ouvrir un établissement qui marche j'ouvrirais pas d'chicha mais un pénitencier
Dehors, c'est la guerre, à qui la faute ? La vérité, très peu qui l'affrontent
La guerre, la paix, t'façon c'est la même chose : plus de mecs qui la veulent que d'mecs qui la font
On s'est d'jà embrouillé pour de la merde un peu comme Hatem et Unai
Moi, j'veux juste t'faire libérer une night, woof woof
Là, j'écris c'texte et j'm'allège d'un poids, j'vais pas t'faire la morale, le malaise d'un cours
La morale, j'l'ai d'jà faite vingt fois, tu t'es l'vé un matin, tu étais balaise d'un coup
Baltimore grandit, 'l'aime ça, couplets mordent, ici les rappeurs sont des crooners
Gégé m'a dit : "Dans cette ville, gros, l'amour est mort, l'amitié, la cherche pas, elle est tombée pour meurtre"
Pour les grands, t'es l'p'tit frère de Limsa, pour les p'tits, j'suis l'grand frère de Neggez
On reste des frérots, des frangins, on n'oublie pas Blandin, woof
On s'est d'jà embrouillé pour de la merde un peu comme Hatem et Unai
J'suis content, y t'ont libérer une night, woof woof, woof woof woof woof

Allez, tiens, vas-y, garde la nnaie-mo, j'suis sous caramelo, j'ai croisé les shtars à vélo
Tous ceux qui jouent les victimes, moi, ils m'font pas de la peine, c'est mérité, la vérité, ils m'ont mis grave la haine
J'crois, dans cette vie bizarre, j'vais m'en sortir à l'arrache, comme un mec qui sait pas nager, qui veut s'enfuir à la nage
Faut mettre les p'tits à la page, faudrait qu'on s'tire à la plage
Y a tout l'monde qui a la rage, j'veux commettre un crime à la hache
Là, y a les keufs, j'suis chargé et ça fait battre mon cœur
J'aimerais les larguer un peu comme si j'avais quatre moteurs
T'es prêt à piller, voler pour les billets violets, weed et dolé
Avant d'détailler, tu plies tes volets
Tu finis par connaître tout Paris à force de vendre
Demande à Kenny de Porte du Pré, jusqu'à Porte de Vanves
Eh, monsieur l'agent, de l'argent, c'est c'que rapporte le temps
Donc faut bombarder un peu comme quand je sors le deux-temps Enfoiré

Wesh mon gars, qu'est-ce que t'es prêt à faire pour le cash ?
Qu'est-c'que t'es prêt à faire pour le cash ?
Qu'est-c'que t'es prêt à faire pour le cash ?
Qu'est-c'que t'es prêt à faire pour le cash mon pote hein ?
Qu'est-c'que t'es prêt à faire pour le cash ?
Qu'est-c'que t'es prêt à faire pour le cash ?
Troquer ta liberté pour une cage ?
Qu'est-c'que t'es prêt à faire pour le cash ?

J'sais pas si j'vais m'en faire si j'vais r'gretter, si j'mourrais gangster, si j's'rais retraité
Si j'péterais l'mis-per, si j'perc'rais l'mystère, si j'verrais l'hiver, si j'verrais l'été
Pour percer faut rapper comme un débutant, y veulent qu'on soit des moutons et pas des mutants, woof, woof
Bien sûr, j'veux qu'ça marche et qu'tout l'monde soit ravi mais j'veux pas apprendre à dire "Bonsoir Paris", en vingt-et-une langues, woof woof
Dehors, y a plus d'respect, mes frères n'ont plus d'espoir, c'clochard n'a plu d'Despe', woof
Moi, j'observe la Lune des toits, mes frérots n'ont plus d'été, mon ciel n'a plus d'étoile, woof
Dans l'ghetto, ça t'arrache le bras pour une montre, mes potos, y attendaient beaucoup du nombre
Avec mes amis d'enfance, on rêvait d'quitter la tess' pour faire l'tour du monde, on s'retrouvera autour d'une tombe
Quand j'ai des galères, où t'es toi ? Le droit ch'min, j'ai pas pris du tout cette voie
A-S-B, gros, les vrais amis s'font rares, comme un keuf qui dit "M'sieur, ça ira pour cette fois"

Hein, qu'est-c'que t'es prêt à faire pour le cash ?
Qu'est-c'que t'es prêt à faire pour le cash ?
Troquer ta liberté pour une cage ?
Qu'est-c'que t'es prêt à faire pour le cash, mon pote, hein ?

Putain, j'ai fini mon flash, j'en prends un deuxième chez Jamel
Sur l'périph', encore un flash, les amendes, j'les paye jamais
Faut pas cracher dans la soupe, des années qu'ils nous la foutent
C'est les voyous en costard qui la font passer dans la soute
Oh mon ami, faut des sous et comprendre la vie sans sous-titres
Chérie, comprends, j'suis un peu saoul, mets la selha dans ton soutif'
C'est la tête du chef qu'on dessoude, nous, sous les yeux des choufs
Kiffe quand on arrive à bout de souffle, c'est ceux qu'on aime qu'on fait souffrir
Ah, putain de merde, dur de s'en sortir sans une égratignure
Et sur ma mère, que dans la ue-r, y a beaucoup trop d'ingratitude
Mon escalope gratinée, un verre de rosé
Une escalope aux yeux verts, j'passe une soirée arrosée
La moitié sont condamnés, Villepinte, Fleury-Mérogis
L'illicite dans mon registre, c'est la rue qui parle, enregistre
Entre galère et drame, des années qu'j'travaille ma rime
C.O.R., c'est dix ans d'rap et l'premier album arrive
Entre galère et drame, des années qu'j'travaille ma rime
C.O.R., c'est dix ans d'rap et l'premier album arrive, boy

J'rappe comme je chie, j'connais mes classiques
Askip tu rappes comme moi mais tu fais pas d'fric, ouais
J'rappe comme je chie, j'connais mes classiques
Askip tu rappes comme moi mais tu fais pas d'fric

À tous mes frangins, j'vais rendre la pareille
Pour toutes les fins d'mois brisées par l'manque d'argent et l'Jack Daniel's
C'est rare que j'sorte de ma tanière ou quand j'le fais, j'pars loin d'chez moi
Eh vieux, j'parle pas chinois
J'ai dix ans d'avance et j'écris toujours dans ma chambre, j'ai tellement d'projets en attente
Ouais, tout est dans ma tête, chacun fait ses euros
J'suis pas la jeunesse qui s'lève tôt, j'représente pas la France
Et mes frères inconnus comme des joueurs de water-polo
Moi, j'enchaîne les victoires, pressé par l'tic-tac
Les déprimes quand la vie s'corse mais j'perds rarement espoir
Nos vies sont remplies d'fils de pute, sur mon corps, des signes de lutte
J'savais d'jà où j'allais quand tu découvrais les films de cul
Quatorze-quinze ans, avec ma bande dans l'RER, ouais, j'emmerdais mes parents et puis le réseau ferroviaire
Maintenant, j'respecte ma mère, y a plus mon cul posé dans des parcs
Pas d'lendemain d'MD à déprimer comme un schlag
Paris Nord, facile d'être armé dans la jungle, eh
Pour rapper comme moi, il faut juste taffer comme un chien, j'viens d'là où tu peux pas rentrer
Même si t'es stock, t'auras pas les codes, on peut t'balafrer
Puis passe dans les halls mais comme moi, t'auras pas l'étoffe
Y a qu'des hyènes qui vendent des drogues dures à des femmes enceintes
J'connais les tieks et les bizbi, les peines de hebs, les grigris
Tu fais du mal, ça t'revient en pleine tête, c'est pas un frisbee
J'encule le vice des vils-ci, eh, gros
Bien sûr qu'mes blancos du 7-5 sont Mafia K'1 Fry, eh
Ça part en survêt', eh, avec des trous d'boulettes
Petit avait la haine, des Air Max avec les bulles trouées
Maintenant, il marche avec le froid du métal
Et la shmeta a vraiment peur de s'faire retrouver
Dadinho d'vient vite Zé Pequ' quand y a trop d'enjeux
C'est chaud mon vieux : des preuves, de l'essence, ça met des caves en feu
Mes gavas savent à quoi s'en t'nir, tu finis pas cent'naire si tu déclenches l'incendie
Depuis tout p'tit, bah, ça traîne tard en ville, normal qu'nos parents vrillent
Maintenant, laisse ma clique avant qu'on d'vienne ta hantise, espèce de saloperie
Voilà comment on crache le feu
Quand j'prends l'mic', c'est pour les insoumis, j'parle de ceux qu'on oublie
L'Homme de l'ombre n'a pas rangé sa panoplie
Pendant qu'mes gars au cachot prient, j'vends des disques, c'est la folie
J'ai lâché l'école très vite, j'fantasmais sur les yous-v' qui gazent les flics
Ma révolution : avec mes pitres, on casse des vitres
Et aujourd'hui, on a grandi

Ils veulent ma mort, j'dis la vérité comme Galilée, y a pas d'égalité, on va leur faire faire des galipettes
Aulnay-sous, la qualité, la mentalité : c'est porter ses couilles et d'vant la madre : pas d'vulgarité
On les a inspirés, dans la rue, l'rap est dead, donc, j'voulais rappeler qu'c'est nous le rap élite
Et ça devient pénible, ils ont pas un penny, ils montent sur des péniches, ils sucent que des pénis
C'est nous qu'avons les cojones comme des balles de tennis, oh
Pas de teminiks, d'vant moi, ça devient qu'des 'nuques-nuques, avec monsieur Molotov, venus pour casser des nu-nuques
Même si t'as la force de Luke, sahbi, c'sert à rien qu'tu luttes
Et sur un coup d'te-tê, j'peux dégainer plus vite qu'L'y Luke
C'tte année, ils vont khalass leurs dettes comme à Lannister
Et mister, on est v'nus marquer l'histoire et ta p'tite sœur
On v'-esqui Lester, vi-sser les hipsters, mardi matin, voiture bélier d'vant l'distrib'

On n'a jamais fait d'équitation, tits-pe, on faisait de la bécane
J'avais déjà des palpitations quand j'entendais crier "Emmaüs" bien avant que l'Abbé canne
Et gros, ce soir, j'suis fonce-dé comme Johnny Depp au milieu d'Las Vegas
Si ma meuf fait la folle, poto, je lui fais l'amour, sa valise et je la dégage
Ouais, gros, j'viens d'un quartier chaud où toi, tu fais rien à part per-cho
J'suis avec Neggez dans la voiture, 9.3, y a des mes-ar, y a d'la pure
C'est nous qui faisons le son de l'année, les caves et les frères s'font condamner
Ramène même l'état et son armée, les p'tits frères bédavent et sont armés

Faire semblant d'les croire, c'est bien, j'raconte ma vie, wallah, c'est mieux
J'attends toujours la sse-pa, et j'vois qu'les promesses s'accumulent
Être gavé, rassasié, voilà c'que veut la race humaine
Ils pourraient manger l'assiette en t'regardant et assumer
Si j'dis qu'le monde part en couilles, c'est qu'on n'est pas si loin, mon gars
Que d'être en couple, j'tombe amoureux d'un Toka'
La pute a des sentiments, elle est tombée amoureuse d'un tocard
Méfie-toi des apparences ou bien, tu t'méfieras de moi
On dit qu'l'habit fait pas le moine, j'ai vu des moines en Buscemi
Les condés, j'les fais cavaler, c'est Cavalli, bébé, tu s'ras ma cavalière
Si on s'capte dans une cave la nuit et nikoumouk et Barrani
Y a qu'd'vant les porcs, t'as pas nié, suffit d'une balayette pour retourner ce foutu sablier
Pour ça qu'j'ai rempli l'barillet, Aulnay sont en train d'vous parier
Putain, j'ai l'âge d'être marié, c'est que l'début, donc reste au calme
Mon blaze dans l'koutoki, j'ai mis du Jack dans mon Coca
Fonc-dé, j'vois la tête à Chucky, on n'est pas si loin d'l'époque du , le 9-3, c'est pas l'Kentucky

J'demande pas l'heure mais le prix de ta montre, avant de t'l'arracher d'vant ta femme et tes gosses
On a quitté l'école pour rester dans nos, et on donnera pas d'noms juste par éducation
Tes amis donnent le go pour une p'tite paire de seins, regarde pas ton retro, j'arrive dans l'angle mort
La boite est séquentielle, la liasse est arc-en-ciel, on a tout vu ou presque, que le GP800, hlahlahlahla
Paris-Malaga, trente kil' dans la cave, deux chiffres à la barre, au feu rouge, prends ton gramme
La blanche dans la mule, cramée comme ma puce, j'rentre à l'heure où les corbeaux chantent sur ton cadavre
Olala, olala, le baveux m'a blanchi comme monsieur Benalla, olala
Ramène-moi mon biff', épargne-moi de ton tralala, toute la s'maine, en boite, on t'a vu faire la mala-la

T'es un galérien, t'as pas d'vie mais quand j't'appelle, crari t'es pris
Dans les rappeurs forts qui font pas d'vues, j'ai l'meilleur rapport qualité-prix
En amour, j'suis un intermittent, j'l'aimais mais j'l'avais jamais dit
Qu'est-ce j'vais faire le rebeu intelligent ? J'sais pas l'faire, en plus gros y a déjà Médine, logique
J'ai une vie d'rockstar, j'ai une vie détruite, on fait du son, on vit des trucs
Les guignolos qui bossent dans un bureau, wAllah, j'ai pas envie d'être eux
J'suis avec le frère Majid, on parle à nos p'tits mais rien n'les fait changer
L'État pense qu'la prison a un effet magique, alors que eux-mêmes, le crime les fait manger
Le bénéf', mes gars l'rackettent, le bénéf', mes gars l'recomptent
Un million égale record, les imposteurs tirent en l'air, oublient qu'les balles retombent
L'égalité : un mensonge, même pour les, tous mes enfants des îles
Quand t'as pas d'papiers sur toi, c'est en zonz, les blancs, on leur dit : "La prochaine fois, pensez-y", woof woof woof

Bassem, penalty en pleine te-tê, slllrp, j'sirote mon verre de thé
J'm'en bats les couilles avec fermeté, ça fait six mois qu'mes "s/o" finissent par "R.E.P."
De quoi on parle ? Chacal
J'désactive les com', j'les fous à poil
Personne n'a jamais vu Picasso mendier des avis sous chaque toile alors bouge ta mère
J'écoute ni la radio, ni les "askip", viens, on s'checke pas, viens, on fait pas d'feat
C'qui m'excite dans l'jeu, c'est même pas l'titre mais voir leurs gueules de putes quand elles ragequit
Le suicide, c'est choisir sa mort, la réussite, c'est choisir sa vie
Cinq heures, fin d'chantier, j'bave sur le siège de la ligne D en pensant wari wari
Beaucoup arrivent ambitions Stringer Bell, r'partent avec la rondelle d'Omar Little
Ils veulent mon flow, mon juice, ma cervelle, l'marabout comprend pas c'qu'ils veulent
Luxe, luxe, j'ai des tocs, du toc à vingt-quatre carats ma p'tite gueule
Mais j'essaye d'me convaincre que j'suis beau d'l'intérieur comme p'tite coupure dans sac Lidl
Mais d'après l'boss là-haut, ça passe middle

Ça charbon, ça charbon donc j'évolue, tes idoles sont pas bons, ils dévaluent
Parle-moi de monnaie, de plus-value, les valeurs et tout ça, c'est révolu
J'ai mes-ar sous coussin, peu d'retenue, fini millionnaire ou détenu
J't'envoie des sorts comme à Cotonou, ces fils de putains sont pas comme nous
Ouais, depuis le day one, bah, le rap transcende, la maille rend fou et tous les jours s'ressemblent
Plus de monnaie égale plus de 'blèmes, plus de problèmes égale plus de sang
J'ai commencé le rap car cœur a mal, j'évolue au gré de mon karma
Bientôt je vais en Benz au carwash, sur qui tu veux qu'je compte à part oi-m ?
Sonne-per, c'est comme ça que le Fall opère
Élévation d'manière solitaire, j'ai plus de patience, j'suis dans folie, frère

Voici l'métisse, café, plus banc qu'un pack de lait
J'sais qu'les autres cailles-ra veulent pas, moi, j'te bouffe la tartelette
Rien à battre que t'écris bien, allez, bouge ta mère en Fac de Lettres
Ton son pue la pisse comme n'importe quel mur de Gare du Nord à Gard de l'Est
Même quartier, cages d'escalier, ça s'vanne fort entre riz et s'moule
Qui aime bien châtie... mes couilles, regarde Dieudonné et Élie Semoun
Donc moi j'paie ma redevance pour m'farcir Eric Zemmour
Si j'vois un arc-en-ciel, j'espère qu'Paris brûle et l'Élysée mouille
Ils m'écartent les jambes comme Ronaldo juste avant coup-franc
Ils m'écartent les bras comme le Corcovado, j'leur souffle que des conneries comme quand la prof' envoyait mes potes au tableau
Mais bon, tout l'monde s'détend, les porcs seront compétents quand les camés auront des dents, han
Ça vend crack et zipette, sponso' par Fly Emirates
Ça t'sort de sacrées disquettes pour disparaître après giclette
J'reprends, tout l'monde
Ça vend crack et zipette, sponso' par Fly Emirates
Ça t'sort de sacrées disquettes pour disparaître après giclette

J'ai qu'un mot d'ordre, c'est lâcher prise, c'est pas mon but de kidnapper l'biz'
J'ai grandi dehors avec les rats des villes, ils sont bourrés sous rhum, ils d'mandent des garettes-ci
Aujourd'hui, c'est vrai, on a nos objectifs, pour la vie d'adulte, j'suis pas trop aisé
Le comptoir est philosophie, "allô Jean, ce soir j'suis au PCC"
Y aura toujours des bâtons dans les roues, à nous d'faire attention aux lacets défaits
Ma filleule saura rendre les coups, t'étonne pas si on veut t'défenestrer
J'suis à l'hippodrome, au Prix d'Amérique, demain dans un hall avec mes rats des villes
Et j'comprends qu'ma mère trouve ça pathétique, ils sont blindés d'fric mais ils ont pas d'éthique, eh
Et mon pote s'est venté, ouais, de faire tomber la neige en juillet
D'vendre plus de farine qu'un pâtissier, d'avoir très peu d'alliés et d'une voiture de sport et d'un vieux BEP
Et puis cette fille, elle a bien d'autres rêves, et ça, on l'remarque dans ses yeux qui brillent
Elle se dit chaque jour qu'le monde est à elle, eh ouais

Les tits-pe quittent l'école pour la vente de stup', le million, qu'est-c'que tu veux qu'j'demande de plus ?
Ta meuf nous suce pendant qu'tu parles sur nous, ouais gros sac, dis-toi qu'c'est toi la langue de pute
Des potes au hebs deviennent fous, schizo', aucune injustice que ma rime n'défend
Ils veulent dev'nir c'que j'suis, moi, j'veux tout c'qu'ils ont
J'ai trop d'points forts, j'suis comme Marvin des Anges
C'est sur elle qu'j'étais en sang à la sortie d'un café dansant, on a fait des bêtises comme quand on était enfants
On va s'aimer, on va baiser, puis, on va r'gretter ensemble
Ouais, la copine ne rêve sans faire des vœux, quand j'vois les dégâts du mariage et du hebs
J'peux t'en parler sans faire les deux car j'ai vu nos pères et des vrais gangsters rer-pleu
Ado, j'ai pas pris l'droit ch'min, en disant : "T'inquiète, y en aura d'autres"
J'fais du Rap car j'viens d'Aulnay, j'aurais fait d'la country si j'étais du Colorado
Ouais, on traîne en bande, d'la coca', quelques amis en vendent
Dans la street, c'est dur de rester propre, connard, comme quand tu t'habilles en blanc
On a fait honte à nos pères, à nos mères, t'façon, quoi que j'fasse, les internautes pianoteront
Attitude de canard pour baiser à l'hôtel, attitude caille-ra quand on fait la bise à notre oncle
Nos potes galèrent donc j'en place une pour eux, si t'as pas vu l'bourreau
Dans les clips de mes potes, j'suis figurant, ouais, gros, j'ai jamais eu l'bon rôle

Pas là pour plaisanter, pas là pour faire semblant
Plus l'temps d'me présenter, le 9-3, c'est sanglant
Il est où c'putain d'EP ? J'l'attends, ça fait cent ans
Le reste, j'vais pas stopper, le bédo, c'est tentant
J'vais boire un p'tit fé-ca, posé fratellini
J'arrive à petits pas, j'arrive en tchilili
J'aime bien quand on m'titille, j'aime pas trop Umtiti
Aulnay, ça d'vient rentable, bientôt le grand Paris
Des ients-cli présentables et est-c'que tu paries ?
Mets-moi, une dix, une vingt, j'suis Jack, j'suis pas sous vin
Poto, j'prédis ta fin, pourtant, j'suis pas devin
J'les vois plus, ils sont loin, pourtant, j'suis tout devant
C'est con, c'est décevant, nous, quand est-c'qu'on se vante ?
J'arrive en coup de vent, j'repars un soir de pluie
Tu l'écoutes mais il ment, il est falsch comme son re-cui
Et j'les entends qui miaulent, dis-moi qui chehel qui ?
J'traîne avec Cayman, j'baraude en Cherokee

Nage pas où t'as pas les ieds-p, prends rien si tu peux pas nous yer-p'
Kalash, si tu veux nous yek, Jack Da', Hennessy Moët
3.5.7 neuf, sous la couette, j'sors avec une frappe iranienne
J'allume mon tel', j'vends d'la zipette, course poursuite avec les handeks
Billets colorés, j'prends des ailes, on monte chez toi si t'as des dettes
On t'saute à dix si t'es balaise, faut pas parler, gros, faut le faire
Comme ça qu'on voit une paire de cojones, les gros poissons n'ont pas d'arête
Transversale dans les arrêts d'jeux, trop tard pour appuyer reset
J'suis rentré dans la porte, ganté, j'suis l'trafficante
Viens dans ma rue, tu tiens pas trente jours comme le mois d'février
En vérité : une question d'oseille, j'sais comment l'amadouer
Enfant doué, toujours au fond d'la classe, qu'on n'peut pas interroger

J'suis un couche-tard, un cauchemar comme Vladimir, il s'fait poucave, sort du shtar et v'là qui tire
Y a d'la coca', d'la selha dans la kitchen, milieu d'terrain, j'distribue comme Rakitić
Gros, t'es pathétique, tu n'as pas d'éthique, tu donnes tes fesses pour un bout de matiti
D'mande à GTL, minimum GTI, charo pour un illet-bi, l'ego d'Matuidi
Benab te l'a dit, ils sont dans l'm'as-tu-vu, ils racontent de la merde comme à la TV
Faut qu' que j'relativise, l'argent, les femmes font que les frères se divisent
Ils veulent l'secret comme dans Resident Evil, si tu balances, tu résides plus dans la ville
Si tu balances, tu résides plus dans la ville
On voulait pas les problèmes, si on tapait des bem bem, c'était pour passer d'bendo à la Benzo
Ok, ok, j'crois qu'j'vais finir par les choquer, ils s'font racketter en fin d'showcase
Je n'suis pas la tendance comme Mokless

Plata plata dans la pocket, six heures : coup d'bélier sans toquer
Ta mère est choquée, sur ton dos, trente-six témoignages de drogués, même l'avocat peut pas t'sauver
Un train d'vie à deux cents, quotidien sauvage si tu peux pas payer, ta mère est solvable
Tout l'monde est soulevable, ma slovaque dans la bouche, tout l'monde devient sociable
Plus de gens à l'after que pour l'fajr, remet-toi en question, fais pas l'fâché
Même si la vérité blesse, faut pas l'cacher et si t'as le bon filon, faut pas l'lâcher
C'est pas le patron qui fait temps plein, oui, je parle avec tous ceux qui t'emploient
Je côtoie la rue depuis bambin, j'allais m'entraîner à tirer dans l'bois
Matrixé par Johnny Depp dans Blow, quand je vendais la beuhgeu dans l'hall
Les coups d'couteaux que j'ai pris dans l'dos, vous les paierez dans cette vie ou dans l'autre
Et tu peux d'mander, aucun t'aidera, en réponse : un silence de cathédrale
Ça n'a pas bougé comme un tétra, j'veux transformer tomates en betteraves

Guetteur sur l'toit comme à Rio, violence, outrage, rébellion
Ma dignité ne vaut pas cent millions, j'te respecte pas comme le feu rouge du Galion
Connais-tu la loi du talion ? T-max deux même sur l'Akrapo'
Quatre-vingt eu' la machine, la prod de Mat t'es qu'une novice dans la te-stree
J'ai vu le pire, j'veux le meilleur, tu causes un peu trop, y a des tueurs
La vie qu'tu parles, on l'a vécu mineurs, on f'sait du sale même quand y avait pas la somme
Elle veut pas love, elle veut le tel-hô, tel-hô, dans l'bendo, ça vend le bédo
Cocaïne dans les narines du pélo, la guitare pour jouer les meilleurs mélos
Sur le corner, on joue toutes les saisons, couteau papillon planqué dans l'blouson
Y a des kilos planqués chez l'nourrisson, un black, un beur pour construire un réseau
Quelques contacts pour conquérir le monde, on abrège ta vie en quelques secondes
Tu verras qui aura le dernier mot, tu diras qu'le négro avait raison

Boy, on est mauvais, j'ai fait des choses dont personne voudrait s'vanter
J'partirai sans un bruit dans la maladie, j'emporterai rien à part mes secrets, ici
On a d'quoi s'mettre à l'envers ouais, j'passe des soirées pendu par les deux pieds
Terrain tenu par un tôlier qui s'fera descendre par un p'tit jeune qui fait qu'monter
Et le cœur en cendres, j'avance avec ma femme en marchant sur des braises
L'ascenseur social est bloqué, j'ai porté ma foi puis j'ai grimpé l'échelle
J'lève mon verre à l'échec, aux dames et aux fous qu'ont grandi dans les tours
J'attendais qu'la roue tourne mais il s'est rien passé, j'vois les anciens stagner
J'veux plus jamais dormir dans l'hall, me voir pleurer en sanglots
Voir un ami partir trop tôt sans l'temps d'lui dire autre chose que "Salut, ça va ? Qu'est c'tu racontes ? On s'capte quand ? Donne des nouvelles"
Ça fait quatre mois que j'te réponds pas, j'coupe mon téléphone après les promos
J'enchaîne les nuits blanches et j'suis K.O, j'essaye de sortir des sables mouvants
Eh gros, j'suis partagé, y a l'chef étoilé, y a le bendo
Et c'est mort pour le Merco, ils vont tous courir vite mais y a qu'cinq places
Qui va m'lâcher en ch'min, on l'verra l'jour de la Sainte Grâce

Ouais, mon poto, ici, y a plus d'place dans les cœurs, logique
Ouais, mon poto, ici, y a plus d'place dans les cœurs, logique deux fois mon pote, hé
Ouais, mon poto, ici, y a plus d'place dans les cœurs (carré noir)
Plus d'pétales dans l'ciel et plus d'étoiles dans les fleurs
Le p'tit Limsa, il a grandi aux Emmaüs
Mais savait pas qu'il aurait à subir tant d'épreuves (jamais)
Le p'tit Limsa veut Shéhérazade et Élodie, y veut la Merco-Benz, la Fefe et l'Audi
Y f'sait passer l'foot avant les meufs, les copines, tout ça, c'était logique, hun
Ouais, ouais, le p'tit Limsa, (grandi) wAllah, il était bizarre (grandi)
Y s'prenait pour Riquelme, (grandi) pour Recoba et Zidane, alors qu'il était tout guez
Ouais, ouais, le p'tit Limsa, (grandi) wAllah, il était bizarre (grandi)
Il habitait à Aulnay (sous-bois) mais dans sa te-tê, c'était Ibiza (grandi)
Le p'tit Limsa fait l'con comme si il était bête (bête), et y répète ses erreurs comme s'il était bègue (bègue)
Le p'tit Limsa craint Dieu et panique des ténèbres, il parle de jnouns, de possession comme s'il était Belge
Le p'tit Limsa observe le monde d'une toiture, et y s'sent mignon quand y sort du salon de coiffure
Il craint quand son daron lui parle d'une voix dure ou quand son ballon passe sous une voiture, eh

Letra traducida a Español

Traducción de la letra realizada con IA.

0

0